Est-ce que je dois te laisser ? Ce n’est pas une décision que je veux prendre à la légère. Ça fait un moment que j’y pense, seul, le soir, quand je subis le fruit de ton égoïsme perpétuel. Je ne suis pas naïf à ce point, je le vois bien que derrière ces belles paroles je ne suis qu’un plan B que tu gardes sous la main. J’attends peut-être que tu te rendes comptes que je peux valoir plus que ça mais faut croire que c’est peine perdue. De par tes actes, je suis souvent déçu…
A vouloir être trop gentil, je prends souvent la place de l’ange déchu. Certaines personnes utilisent les autres pour arriver à leur fin ou combler des vides puis ils les jettent quand ils n’en ont plus besoin.
Je ne pense pas que tu sois comme ça, derrière tes airs purs et ton rire enfantin. J’ai fait un tas d’erreurs, je le sais bien, au début j’ai juste voulu te tendre la main gentiment, pour te sortir de ce qui te rongeait, et j’ai l’impression que depuis que tu t’en es sortie, tu m’y entraines, jouant sur les sentiments. Alors, devrais-je te laisser ? Tout simplement partir ? Comme ça, fuir ce lien poison ?
J’hésite beaucoup, je me dis que nos moments pourrait me manquer. Mais est ce que je dois choisir de te laisser pour ne pas me bercer d’illusions ?
Je peux parfois être fantasque mais je prends très peu de risque quand il s’agit de mes émotions. Et je ne vois pas pourquoi tu as toujours peur que je joue sur deux tableaux ? Pourquoi veux-tu me mettre tant de cloisons ? Je crois comprendre que ce que les gens craignent sont parfois le reflet de leurs propres mauvaises intentions.
Un jour je suis une priorité, et l’autre une personne lambda, un jour je suis ce qu’il te faut, un jour je ne le suis pas. C’est comme ça. Et un simple événement est capable de complètement effacer ces mois. Alors au final, devrais-je te laisser ? Est-ce que j’ai vraiment le choix ? Est-ce que je peux continuer à donner corps et âme pour quelqu’un qui a tout moment décide parfois de me donner la flamme ou m’infliger un coup de lame de Damoclès ? Je ne peux pas te laisser devenir ma faiblesse.
Je suis perdu, je te le dis, je t’explique les raisons, mais même là, tu ne me comprends pas, et tu fais preuve dans tes paroles d’une totale contradiction. Comme si tout ce que t’avais dit de fort avant ne comptait pas, et comme si j’étais censé le savoir. Comme si c’était un jeu, comme si j’étais un jouet, comme si c’était les règles et que tout était prémédité. Alors dans ce cas, pourquoi tu t’amuses à me péter des câbles ou me casser les couilles par possession si toi – même tu as de mauvaises intentions. Je comprends pas ce comportement, je le trouve affreux, autant être honnête et dire dès le début que tout ça ne resterait qu’une folle passion, je suis ouvert, j’aurais compris, ça ne m’aurait même pas dérangé, parce que j’suis de ces gens qui pensent qu’on accorde trop d’importance à la forme et qu’on a juste besoin parfois de se lâcher.
J’ai eu ma période d’amusement aussi, mais je n’ai jamais fait croire n’importe quoi ou je n’ai jamais dit quelque chose contredit par mes actes. Là est la différence.
Des mots naissent l’espoir, ils peuvent réveiller les émotions ou les envies, on ne dit pas n’importe quoi dans conséquences. Sinon, il ne faut pas venir se plaindre de ne pas avoir été compris, si on ne veut pas être clair et semer le doute, pour remplir son vide coûte que coûte.
Est-ce que je dois te laisser ? Sans t’en rendre compte tu deviens néfaste. Pourtant, je suis plutôt du genre à m’accrocher, mais un moment si on ne veut pas se perdre il faut savoir céder, ne pas tout donner, ou se laisser amadouer. Mieux vaut prévenir que guérir selon l’dicton, et partir pour ne pas subir pourrait-elle être la meilleure option ? Tant pis si tu ne comprends pas mes émotions, ou si ça blesse ton égo.
Est-ce que je dois te laisser ? Je suis pas sûr qu’on accorde la même importance et j’en ai marre de devoir toujours venir te chercher, et de me frotter à un mur qui ne lâche que de belles paroles, le pire c’est que je ne sais pas si tu vas me comprendre, et que tu vas continuer à me dire que tu n’as rien à te reprocher.
Est – ce que je dois m’en foutre maintenant ? Est-ce que c’est chacun son monde, chacun ses idées et chacun sa réalité ? Est-ce que cette expérience est mauvaise et devrais-je la laisser ?
– Sly.silhouette-d-un-homme-triste-avec-couteaux-dans-le-dos-84244182