J’ai écris ce poeme qui est de mon propre courant de pensée, une nouvelle forme de  liberté à mes yeux.20180313_143453
Contrairement à ce que l’on croit je ne me rabaisse pas du tout dans ce poeme.Je me mets au même niveau qu’un clochard ou un « dechet de la société  » qui est rejetté aussi parcequ’il pu et puer c’est mal vu.J’aime ce qui est mal vu ,qui n’est pas du courant des gens bien mais des gens vrais.
Me mettre au niveau d’un clochard n’est pas honteux pour moi mais un sentiment de joie car j’admire ces humains qui de leur marginalité ont tendance à moins me rejetter que les gens lambda, moi ,être étrange et incongru sans case,sans code bien con formés en forme carré .Quelque part je me sent puer aussi de ma folie et de mon anormalité.
 
Tout ce que je tenais à dire dans ce poeme.
C’est d’aimer les gens qui puent tout simplement parce que les médias nous disent d’aimer ceux et c-elle qui portent du Chanel.
 
Quelque part je pourrais aussi en porter car je suis pas si pauvre.
Mais j’ai choisie de puer ,de puer merveilleusement .De puer par une prose incomprise.Les odeurs nauséabonde me donnent aussi parfois l’envie de vomir alors j’essaie de vomir d’amour .
 
Faites moi plaisir.
Imprimez toustes ce poeme et donnez le à quelqun qui pu.Fou,looser ,clochard, artiste perché ou dépressif, Ado mal dans sa peau ,obèse ou handicapé/e,vieux ou vieille qui se pisse dessus.
 
Que ces personnes sachent que leur puanteur font vibrer le coeur de quelqun malgrés les narines de  la raison qui vous disent de fuire
 
.Ma manière d’exister
C’est de puer
De puer des pieds ,du coeur
De puer le joint
Sentir le matin qui vomis
La migraine d’un arc en ciel putride et splendide
Comme une fleur estropiée
Puer comme un clochard
Pourtant humain
Puer la folie
Et l’ancolie aux raviolis pourrie
Une puanteur phénomènale ,étrange ,mangue incomprise
Elle démange l’espace
Fais fuire les masses
Elle est belle dans sa laideur
Puanteur abstraite ,toilette des fous
Puanteur exubérante, délinquante, timide ,frigide ,éclose ou fermée
Puanteur anticapitaliste
Puanteur candide d’un môme qui s’urine dessus
Puanteur des règles
Liberté des femmes
Anti règle, anti tout
Ado révoltée, chambre puante
Vieille coincée, fesse puante
Voiture mal garée
Amende puante
Thé chauffé dans un vagin
Pour arroser les jardins
D’une puanteur qui enfreint tout
C’est ma puanteur à moi
Elle ne sent pas le Chanel
Mais la poubelle cosmique
Qui détruit les lignes
Car en soi il faut mieux une puanteur vraie
Qu’un faux parfum de soie