Les montres se montrent peut
Mais
Démontrent philosophie et fil de l’être
Tout en démontant le moderne
Elles sont modèles de ma folie
Loin d’être faux lit
Elles remontent le temps
Qu’il fait dans mon âme
Appelant le printemps
Aux monstres tic et Tac
Alice et obsession secrète
Flaque de chiffre dans ma tête
Sans mathématique
Au psychédélique abstrait
Attrayante aux traits incompris
Elles sont unique car punk quand elle sont retro
Leur crête sont leur forme et design Elles sont toujours en forme hors norme
Retrouvées sous de la poussière grise
Endormie sous le vieillot
Les aiguilles au cadran
Frétillant le temps
Personne ne l’a jamais su
C’est une passion secrète
Une de mes obsessions
Je rêve d’horloge me dorlotant
Me délogeant de moi même
Pour me faire renaître battement de montre
Les montres m’obsèdent
Pas les marques
Non
Mais leur fonctionnement ne mentant pas
Leur tic tac me fracassant merveilleusement les tympans
Caressant mes sens
Me faisant danser et transcender
Descendre un escalier de philosophie
Délice de l’horlogerie
Un autre univers à la Alice
Lisse, tortueux à la fois
Au monstres psycho
Les montres m’obsèdent
Plaidant leur folie
Les montres sont mes modèle
Modelant mon moi
Je ne canalise rien
Sur le canal de la colère
Elles canalisent le temps
C’est pour cela que je les admire,les vénère
Dans ces vers dansant
Les montres sont des vampires
Sucant tes pensées de leur bruit captivant
En ces battements de pendules
Sous le crépuscule
J’aime les montres
Elles représentent le tout
Elles canalisent et emprisonnent le temps
Sans exploser
Moi j’emprisonne
La folie
Je ne fais qu’imploser
J’aime les montres
Car elles sont le bien que je ne suis pas
Et que je voudrais être
Notre seul point commun
Est cette réflexion perpétuel sans limite
J’aime les montres
Ce sont des incomprises
Emprisonnée et à la fois sans prison
Captivant les yeux des écoliers
Avant la récreation
Captivant mes yeux de cette obsession
Devant ce cadran si rond en ronde d’enfant
J’aime le temps
Comme il me fait peur
A en vouloir l’arrêter
Et le boire en thé sucré salé
Au final
Malgrés leur trouble bancal
Je crois que j’aimerais être une montre
Pour pouvoir m’arrêter parfois
Et respirer la mélodie du silence
Poupon destroyFB_IMG_1518552576001